logo-blog-banque

Capacite d’autofinancement (CAF) : definition, interet, calcul et interpretation

img10

 

La CAF informe sur le bon fonctionnement d’une compagnie. Elle permet d’évaluer les performances de cette dernière de façon simple et claire. Découvrons le sens de la CAF, les raisons de l’utiliser, de quelle manière elle se calcule et s’interprète.

Définition

La CAF (ou bien Capacité d’autofinancement) indique l’intégralité des gains obtenus grâce à l’activité de l’entreprise, permettant d’assurer son indépendance financière. Plus simplement, la CAF correspond au surplus résultant de l’écart entre les recettes et les frais utilisés pour faire fonctionner la société. Grâce à elle, on peut déterminer si la compagnie arrive à produire plus de revenus que de frais par le biais de son exploitation.

 

Intérêt

Son premier rôle est d’indiquer la rentabilité de l’entreprise et l’efficacité de sa gestion monétaire. Plus la CAF augmente, plus l’entreprise est lucrative. En calculant la CAF, il est possible d’estimer ses potentiels de placement ou ses éventuelles contraintes de crédits. Pour pouvoir de procéder aux investissements essentiels sans faire appel aux financements extérieurs, l’entreprise doit posséder CAF à valeur positive. Avant faire une demande d’emprunt, l’entreprise se doit d’analyser sa CAF. Elle déterminera si la compagnie est capable de rembourser son crédit en évitant les risques d’endettement. La CAF évalue également les recettes à partager entre les actionnaires. La somme de la CAF après la distribution désigne le montant réel que la société peut allouer aux investissements et aux remboursements.

 

Calcul

De manière simple, pour obtenir la CAF il suffit de soustraire les frais déboursés aux gains obtenus. Toutefois, on peut la calculer de deux façons différentes. La méthode la plus simple et la plus courante, c’est de se baser sur le résultat net comptable. La CAF s’obtient par soustraction des gains de cession et gains calculés au résultat net. Puis on y additionne la somme des éléments dynamiques cédés et les frais calculés. On peut aussi obtenir la CAF en utilisant l’EBE. Pour ce faire, il faut soustraire les immobilisations perdues et autres frais à l’EBE. Ensuite, on ajoute les autres gains. Cette méthode permet de démontrer les profits gagnés par la société durant une certaine période. Après le règlement du patrimoine emprunté, on peut déterminer la valeur nette de la CAF par soustraction du paiement du crédit à la CAF.

 

Interprétation

Il est possible d’estimer la valeur des gains de production en évaluant la CAF. Cette opération peut aboutir à un résultat positif ou négatif. Une CAF à une valeur positive informe que l’entreprise réussit à obtenir des bénéfices pouvant être versés dans la trésorerie, servir de financement ou être partagés aux associés. Cela prouve l’autonomie de la compagnie, sécurise son autofinancement et réduit les dotations externes. Une CAF à valeur négative démontre que la société produit trop peu de revenus pour pouvoir supporter son exploitation. Il sera donc nécessaire de recourir aux financements extérieurs. Cependant, pour les jeunes entreprises, la CAF peut être négative au début. Néanmoins, dans le cas où cette situation se prolonge, ce sera inquiétant.

 

En résumé, la CAF renseigne sur la rentabilité de l’entreprise. On peut déterminer la CAF à l’aide du résultat net ou de l’EBE. Un résultat positif affirme l’autonomie de la compagnie. Tandis qu’un résultat négatif nécessite des actions sur la gestion des ressources.